Vous êtes ici : Accueil > Projets > 3- la santé > Lutte contre l’obésité
Publié : 14 février 2006

Lutte contre l’obésité

I) Le surpoids ou l’obésité

  Depuis 1960, le nombre d’enfants en surpoids ou obèses ne cesse d’augmenter.
Quelques chiffres :
1960 à 3 %
2003 à 16 %
2004 à 20,7% (sondage fait par les médecins et personnels de santé de Franconville)
 Si rien n’est fait, Dans les années 2020, nous atteindrons 25 %.
 
Il faut rééquilibrer l’alimentation : une meilleure prévention pour la santé.
 
Notre indice de masse corporelle ( IMC ) pour un adulte doit être entre 18 et 25
Pour le calculer :
   
 IMC = poids 
  taille x taille en mètre
 
Si votre IMC est inférieur à 18, vous êtes maigre.
Si votre IMC est entre 25 et 30 vous êtes en surpoids.
Si votre IMC est supérieur à 30 vous êtes obèse et il y a des risques pour votre santé.
 
Causes d’un surpoids :
-l’apport calorique est supérieur à la dépense calorique.
-L’apport trop important des caloriques est lié soit à une alimentation trop grasse et trop sucrée, soit à une absorption d’aliments en trop grande quantité.
-La dépense calorique est insuffisante car on bouge moins.
 

Bouger c’est augmenter ses muscles, diminuer les calories.

 
Causes d’une trop grande immobilité :
 
- Les enfants passent en moyenne plus de 2 heures par jour devant la télé, l’ordinateur ou la console de jeux.
- Les enfants mangent devant la télé.
 
 Quand on mange, on regarde ce que l’on mange, on respecte ce que l’on mange.
 
II) A qui la faute ?
 
- l ’hérédité :
On grossit plus dans certaines familles que d’autres :
 Si 1 des 2 parents est obèse, il y a un risque pour l’enfant.
 Si les 2 parents sont obèses, le risque est plus important.
 
- les conditions de vie 
mais les conditions de vie peuvent modifier l’hérédité.
 
- la société :
Le mode de vie a évolué de façon brutale. Les traditions alimentaires disparaissent, la publicité harcèle, l’attirance pour des produits immédiatement consommables, une alimentation déséquilibrée, une baisse des activités physiques, une suralimentation inadaptée à nos besoins.
 
- l’enfant dans sa famille :

L’enfant-roi= un enfant proie

L’enfant a tous les droits, aucun devoir.
Il mange à n’importe quelle heure, plusieurs fois par jour, il fait ses menus, il remplit le chariot,
il regarde de plus en plus la télé et il est de plus en plus anxieux.
  Conséquence : il grignote.
 
C’est un enfant proie car :
- il est attiré par le sucré et le gras
- il est victime des supermarchés
- il est victime de la publicité et de la télé
 
- grands intérêts économiques :
vendre plus. La marge des industriels se fait sur le produit fini.
L’enfant est un bon consommateur, il bouge moins, il mange plus et il s’isole.
 
La publicité trompe. Ce qui compte ce sont les vitamines naturelles (fruits/légumes), pas celles écrites sur les étiquettes des emballages.
 
Il faut devenir des consommateurs avertis et acheter malin.
L’enfant doit apprendre ou réapprendre à boire de l’eau.
1 coca = 10 sucres
eau aromatisée = 5 sucres
 
1 assiette de frites = 5 assiettes de pâtes.
1 laitage au chocolat = 5 laitages nature
 
III) Comment s’alimenter ?
 
Il ne faut pas être trop rigide et exclure tout ce que l’enfant aime, cela entraînerait une frustration, une compensation, des troubles du comportement alimentaire.
 
Six grands services à rendre aux enfants :
 
- manger à heures régulières (4 fois par jour et sans grignotage)
- varier l’alimentation (apports de fruits et légumes)
- découvrir de nouveaux aliments
- cuisiner des aliments de base
- donner à l’enfant l’envie de bouger plus
- veiller à l’équilibre psychologique
 
Quelques règles de base :
- Les repas doivent se partager en famille autant que possible.
 - Il faut manger 5 fruits et légumes par jour (ex : 3 fruits, 2 légumes)
 - 3 laitages par jour
 - 1 à 2 fois par jour, il faut manger des œufs, du poisson ou de la viande
 - 1 féculent par repas minimum

 

- L’eau est la meilleure boisson
 
- 30 minutes de marche par jour