Vous êtes ici : Accueil > Projets > 1- Les activités liées au projet d’école > les ateliers du mardi après-midi
Publié : 25 juin 2007

les ateliers du mardi après-midi

Reportage de Damien et Arnaud (CM2)
 

Dans les ateliers, il y a cinq ateliers :

LIRE et FAIRE LIRE : une dame nous propose plusieurs livres, on en choisit un et elle nous le lit. A la fin du livre, elle pose des questions de compréhension, elle nous fait lire.
Le théâtre est dirigé par Fabrice. Pendant que les autres ateliers se déroulent, les acteurs répètent une petite pièce qu’ils ne connaissaient pas avant, avec les règles du théâtre : mettre le ton, ne pas faire de bruit pour ne pas déranger les autres groupes, ne pas tourner le dos au public. A la fin, vers 14h 30, ils présentent leur pièce aux autres (CE2, CM2 et petits)
L’atelier questions est un endroit calme parce que c’est un atelier de compréhension. On choisit un texte et on répond aux questions. A la fin, on se corrige tout seul.
L’informatique est avec M. Duché. Il nous donne les consignes puis on cherche à répondre à des questions dont les réponses sont sur internet. Pendant l’année, nous avons participé au « rallye Web » départemental ; en ce moment nous répondons à des questions sur l’école au XIXe siècle.
La lecture aux petits de CP puis CE1 : on va chercher des livres dans la bibliothèque. Le principe, c’est de lire un livre puis de poser des questions. Après, les petits illustrent le livre. Dans notre groupe, j’avais le trac (Damien) Pour moi, Arnaud, c’était aussi génial mais j’avais le trac car c’était la première fois.
 
L’APPRENTISSAGE DE LA LECTURE
 
Lire, c’est trouver le sens d’un texte, c’est-à-dire découvrir, organiser et interpréter, la signification de ce qui est écrit. Lire est une activité complexe d’analyse et de synthèse, conduisant à la compréhension d’une pensée à partir de la combinaison de signes.
Les conditions de l’apprentissage de la lecture
Il faut être attentif à un certain nombre de conditions favorables :
Une maturation psychologique et physiologique dont le développement se poursuit dans les différentes activités de l’école élémentaire et qui concerne les domaines psychomoteurs, affectifs, sociaux aussi bien que cognitif. L’apport de l’école est particulièrement précieux à cet égard
Un bagage lexical aussi riche et varié que possible : Pour des enfants de l’école élémentaire, l’école est la grande pourvoyeuse de mots et d’idées. Le rôle du maître est capital. Il fournit aux enfants les éléments d’une « réserve » lexicale leur permettant de donner un sens à la diversité des formes écrites qui leur sont proposées.
Une connaissance et un maniement des structures linguistiques de l’écrit : connaissance et maniement s’acquièrent par la lecture de textes, par des contes, dont la narration emprunte beaucoup de ses formes à l’écrit, par un travail précis sur la langue orale qui fait accéder à des tournures ou modalités qui se retrouvent à l’écrit. En outre, des exercices oraux (permutation, expansion, réduction...) permettent d’introduire des structures nouvelles, de renforcer certaines autres, de mettre en place intuitivement certaines formes de conjugaisons et certains accords.
Un environnement scolaire familiarisant avec le monde de l’écrit : la bibliothèque de classe, le coin de lecture, la bibliothèque centre documentaire offrent de multiples ressources que le maître doit exploiter.
 
­Quelques aspects de l’apprentissage de la lecture
On parlera plutôt d’aspects que d’étapes, celles-ci variant selon l’organisation de travail adoptée et selon la méthode choisie par le maître. Ces aspects concernent.
La perception de la signification et du rôle de l’écrit dès l’école maternelle, identification des enfants, désignation des lieux d’activité, marquage du matériel, pratique de jeux dont les consignes sont données par des écrits simples..., utilisation de l’écrit présent dans la vie quotidienne (messages de la publicité, emballages des produits du commerce, pictogrammes...).
La découverte de la combinatoire : elle s’effectue au cours préparatoire en s’appuyant sur la diversité des jeux et exercices à proposer aux enfants et n’a de valeur qu’ associée à la compréhension de l’idée exprimée, à la perception de la structure de la phrase : à l’intelligence du sens des mots »
L’entraînement systématique de l’attention, et le développement de ses diverses formes : auditive, visuelle, graphique (incitation à la vigilance orthographique), au moyen d’exercices d’articulation, d’identification de syllabes sonores ou de sons, de tri et de classement d’éléments, de repérage de la place d’un son dans un mot, d’un travail systématique sur les oppositions phonologiques.
La diversité des tâches : la lecture silencieuse, Il s’agit alors de compréhension : compréhension, des idées exprimées, compte tenu d’une vérification de l’hypothèse émise quant au sens. Ce n’est jamais un jeu de devinette. Il faut percevoir, donc analyser, la structure de la phrase, et effectuer un travail méthodique et tâtonnant de construction. L’essentiel est alors le souci de la fidélité au texte. Il n’y a pas d’à peu près, et on ne saurait se contenter à aucun prix d’une compréhension globale.
 
Le développement des compétences des enfants est une priorité :
Constat
Des enfants en difficulté dans le domaine de la lecture ; Des enfants en difficulté dans le domaine de la prise de parole
Besoins
Développer les compétences ; Faire participer chaque enfant ; Lui permettre d’acquérir une plus grande aisance dans la prise de parole ;
DES APTITUDES INTELLECTUELLES , DES APTITUDES PSYCHOLOGIQUES
¨ Être capable d’identifier (de reconnaître) des éléments qui se ressemblent.
¨ Bonne santé
¨ Bonne résistance à la fatigue.
¨ Être capable d’analyser vite et bien une situation
¨ Bonne vue
¨ Bonne audition
¨ Être capable de représenter au plus près
¨ Bonne élocution
¨ Être capable d’avoir une bonne mémoire.
 
CONDITIONS DU SAVOIR LIRE
 
DES APTITUDES PSYCHOMOTRICES DES CONDITIONS MATÉRIELLES
PSYCHOLOGIQUES ET AFFECTIVES
¨ Bien s’orienter dans le temps
¨ Confort :lumière, fauteuil, coussins ...
¨ Bien s’orienter dans l’espace
¨ Être apprécié dans ce qu’il arrive à faire.
¨ Bonne motricité fine
¨ Être entendu au moment de lire à haute voix.
¨ Bien "posséder" sa droite et sa gauche
¨ Bien connaître son corps
¨ Bien coordonné (adresse)
¨ Bien équilibré
DES CERTITUDES PSYCHOAFFECTIVES
¨ Être sensible à la pensée des autres et aux événements qui jalonnent leur vie
¨ Être curieux, avide de connaissance
 
 CONDITIONS DU VOULOIR LIRE
VOULOIR LIRE dépend du
 
 
MILIEU FAMILIAL MILIEU SCOLAIRE
 
LES PARENTS    LE MAITRE
 
¨ Lisent souvent pour eux-mêmes et prennent  ¨ Aménage un coin lecturedans sa classe 
du plaisir (journaux, livres). ¨ Organise des moments de lecture
¨ Lisent des histoires à l’enfant sans utiliser  ¨ Lit régulièrement, à voix haute des histoires
des images "(illustrations).
¨ Invitent l’enfant    ¨Lit silencieusement pour son plaisir
à lire ce qu’il peut selon son niveau (images ou textes).
 ¨ Ne vit pas les difficultés de ses élèves comme des échecs.
¨ Offrent à l’enfant des magazines appropriés
 
LA MAISON     LES ENFANTS
¨ Possède de nombreux livres, magazines ...  ¨ Ne vivent pas l’apprentissage de la lecture
¨Prévoit des moments de lecture comme une compétition mais comme
 un moment agréable 
 
 MOTIVATION L’ENSEIGNEMENT DE LA LECTURE
¨ Des jeux qui obligent à lire (monopoly, jeux de lecture...).  L’ENSEIGNANT
 
 ¨ S’appuie sur les connaissances théoriques
  ¨ Ne se limite pas à suivre la logique d’une méthode en particulier mais se centre sur la logique des possibilités de l’enfant qui apprend
 ¨ Met en place des stratégies diversifiées
 
  l’atelier de lecture
 Une des occasions de consolider l’apprentissage global de la lecture.
Objectif général :
Pratiquer, dans une même unité de temps, par ateliers tournants, différentes composantes de la lecture.
Mélanger les cohortes
Contenus : (avec "smiley", l’évaluation des enfants dans les ateliers de l’année)
I/ entraînement :
1) Systématisation (aide de l’informatique)
Renforcer les performances en saisie d’informations (le vocabulaire, l’organisation des idées), en anticipation et mémorisation. Travail individualisé et progressif à partir des programmes informatiques de lecture.
 2) Travail sur documents écrits (énoncés, fiches diverses ... ) Renforcer les performances en saisie d’informations (le vocabulaire, l’organisation des idées), en anticipation et mémorisation.
exercices au niveau de la perception visuelle :
* discrimination visuelle repérage de mots, erreurs, intrus ...
* organisation spatiale (titre, paragraphe, inter-titres ... idée, résumé)
* habileté perceptive (lecture rapide avec effacement...)
exercices au niveau de la construction du sens :
* aptitude à la rétention d’informations (retrouver mots ou phrases proches du sens du texte, reconstituer des énoncés, choisir un résumé ...
* aptitude à l’anticipation (certains mots ou parties effacés, choix multiples, ...
* mobilisation de connaissances dans le domaine lexical et grammatical
 
II/ lecture rapide :
Renforcer les performances en lecture rapide par la pratique d’exercices divers.
 
III/ lecture silencieuse :
1) compréhension  
Pratiquer naturellement la lecture silencieuse, celle qui permet de comprendre le sens, d’adapter les modalités de lecture à la situation et au but recherché..
1. A partir de textes écrits, de recherches dans des ouvrages adaptés, u
2. Réaliser des fiches de lectures
3.  Lire sur les N T I C : Utilisation des ressources informatiques (site de l’école,
internet en sachant réaliser un document réponse (traitement de textes) ) 
2) lecture plaisir
a) Dans le cadre de la BCD, lecture d’ouvrages sur lesquels une fiche sera produite.
b) Familiarisation avec différents supports écrits (presse ...)
 
 
IV/ oralisation :
1) théâtralisation :  
"lire à haute voix un texte en le déchiffrant sans erreur, liaisons courantes marquées, en
­­­respectant la ponctuation et les articulations syntaxiques, le débit, les intonations et la valeur expressive témoignant que le lecteur comprend et sait se faire comprendre d’un auditoire et l’intéresser."
Peut s’articuler en deux : découverte du texte, mise en forme, présentation à un auditoire qui évalue ; inventer une suite. Essai de distanciation. 
2) tutorat :  présentation à des enfants plus petits (non ou petits lecteurs)
Un groupe lit des ouvrages adaptés à des enfants plus petits ; adaptation à l’auditoire, ajustements, évaluations
3) Écoute/ lecture émotion à partager
Adapter les modalités de lecture à la situation et au but recherché.
Ex : a) Lecture à haute voix de poèmes avec éventuellement accompagnement musical ; mises en bouche, variations à plusieurs (choeur, défi, mâcher le texte, choix d’un état, souffleur et diseur ...
b) club de lecture : partager ses goûts pour un ouvrage, choisir et justifier ...
c) Écouter une lecture  association « lire et faire lire » (Christiane Houdry Loba)
4) lecture enregistrée
Savoir enregistrer, s ’écouter pour prendre conscience de son fonctionnement personnel, donner de l’aisance à la prise de parole
 
Déroulement­
1) répartition :
Le nombre d’enfants dans les équipes est fonction du nombre d’adultes participants. Chaque groupe dispose d’une pochette contenant les consignes de travail ; lecture des consignes, mise en route.
2) travail individuel : dans les groupes, autorégulation, partage des tâches, mobilité
3) validation : auto-évaluation par correction individuelle
évaluation du groupe : encourager une pratique de la délibération, savoir se décentrer, réguler la vie collective, apprendre à se faire une opinion personnelle
mise en commun de certaines découvertes, explicitation des démarches, validation, critique
4) espaces d’activités : salles diverses et spécialisées. Dans la limite des règles de sécurité et de surveillance, chaque groupe gère ses déplacements, ses attitudes et mesure la durée impartie à l’activité. L’enseignant, disponible, assure une présence qui s’interdit de limiter l’autonomie et la dynamique du groupe.
5) partenaires :
Quatre enseignants de CP, CE1, CE2, CM2 - les deux EVS
Christiane Houdry-Loba et Olga Herrero de Lire et faire Lire