Vous êtes ici : Accueil > Projets > 7- le Jeu d’échecs > les rencontres > Les échecs, c’est du sport !
Publié : 3 février 2008

Les échecs, c’est du sport !

Les échecs, c’est du sport !
 
 Le 30/01/2008, nous avons participé au tournoi individuel d’échecs du Val d’Oise, catégorie des écoles élémentaires. Nous avions rendez-vous à 12h 45 pour partir au collège de Méry sur Oise. Il y avait M. Duché comme responsable. Les participants étaient Rayan, Fabien, Erwan, Sabri, Matthias, Yassir, Anne-Sophie Maïssa et Jérémy.
 
 Une fois arrivés au collège Jacques-Yves Cousteau, nous sommes partis nous inscrire auprès de M. Duché pour le tirage de la première ronde. Nous étions à peu près soixante personnes en comptant les collégiens. Les primaires et les collégiens étaient séparés. Au début, nous sommes entrés dans une salle où on s’est entraîné un peu. Après, un organisateur nous a rappelé les règles et on a commencé le tournoi. J’avais peur de perdre. (Matthias). Chaque personne a fait cinq rondes d’un quart d’heure par personne, à la pendule. Moi, j’ai joué contre deux camarades de mon école : Erwan et Yassir. J’ai gagné une fois, perdu deux fois et fait deux rondes nulles. En jouant contre Erwan, j’ai fait pat et appris à enfermer le roi dès qu’il ne reste plus qu’une reine. C’était bizarre parce que j’étais stressé de perdre et j’avais aussi la honte de commencer à jouer (Jérémy). Pour gagner aux échecs, il faut mater le roi, c’est à dire que le roi ne peut plus bouger.
 Au début du tournoi, j’étais très stressé de jouer la première partie. J’ai rencontré Etienne qui a terminé premier du tournoi ! Pas de chance ! Puis, sur la deuxième ronde, j’ai joué contre Marine qui a terminé deuxième du tournoi ! Vraiment pas de chance ! Puis j’ai gagné contre une fille qui s’appelle Mathilde. J’étais un peu moins stressé. (Fabien).
 Pendant les rondes, il fallait quand même se dépêcher à cause de la pendule : la partie était perdue pour celui dont le drapeau était tombé !
Pendant les parties, j’étais stressé car je ne savais pas trop quoi jouer. En plus, c’était pièce touchée, pièce à jouer et là, j’étais paniqué ! La malheureuse Maïssa de maternelle n’a jamais réussi à gagner. Dommage pour elle ! (Erwan)
 Entre chaque partie, il y avait une dizaine de minutes avant les appariements. On pouvait jouer dans la cour du collège. Nous avons fait de grands « police-voleur ».
 
 A la fin de la journée, je me sentais libéré de toute la tension de toutes ces parties d’échecs. Nous avons reçu chacun une médaille et les trois premiers ont eu un trophée. Nous sommes repartis avec la joie d’avoir joué (Yassir). Nous sommes rentrés chez nous tout content, joyeux (Matthias). J’ai bien aimé ce tournoi car tous les tournois que j’ai faits avant étaient sans mes amis. (Rayan). J’ai trouvé ce tournoi attrayant et j’ai appris plein de choses. J’ai reçu une médaille d’échecs et j’étais très fier de moi. (Fabien) Nous sommes rentrés chez nous la tête remplie et épuisés ! (Erwan). Après toute cette longue après-midi, je suis rentré chez moi tout fatigué (Jérémy).
 
  Les échecs, c’est du sport !
 

 Texte réalisé avec les productions de Jérémy, Yassir, Erwan, Fabien, Rayan et Matthias de CM2