Vous êtes ici : Accueil > Projets > 6- Le coin des poètes > Ecrire à la manière de Jean-Luc Moreau
Publié : 10 mai 2011

Ecrire à la manière de Jean-Luc Moreau

Nous avons travaillé sur un poème de Jean-Luc Moreau qui a comme titre "Si".

Nous devions imaginer à notre tour, un poème dans lequel chaque vers avait 8 pieds et les vers devaient rimer deux à deux.

Voilà quelques productions :

Si

Si notre maire habitait Sannois,

Si le I ne tenait pas droit,

Si mon frère s’appelait Lucas

Si je disais juste le mot moi.

Si la tortue avait des ailes,

Si les grenouilles faisaient du miel,

Si la fourmi mangeait le lion,

Si l’agneau jouait avec des pions

Julien s’appellerait Marie,

Les p’tits poussins pondraient du riz,

Nos parents feraient nos devoirs

Nous fermerions les yeux pour voir.

Danah et Jennifer

Si

Si le jaune était le marron,

Si le vallon était très long,

Si la bouche était les oreilles,

Si Monaco était Marseille,

Si mon lit avait des ailes,

Si je nageait jusqu’à Eiffel,

Si le garçon était l’oignon,

Si le carré était le rond,

Je dormirais les pieds en l’air

Je nagerais jusqu’à Leclerc

Je mangerais la terre entière

Le maire ne serait pas mon père

Soumaya et Imane

Si

Si le soleil n’était pas rond

Si les bonbons n’étaient pas bons

Si Michelle était une échelle

Si Quentin s’appelait Rachel

Si les hommes avaient un museau,

Si le chien portait un manteau,

Si mon grand-père était ma mère

Si ma copine s’appelait Robert

Je nagerais avec le nez,

Je chanterais la bouche fermée

Je n’aurais pas aimé Noël

Je ne vid’rais pas les poubelles !!

Brian et Anaïs

Si Si le boucher vendait du vin,

Si l’abeille mangeait le poussin

Si la terre était l’océan

Si les nuages étaient le vent,

Si le soleil était la pluie,

Si la mort était la vraie vie

Si l’été était bien l’hiver,

Si l’éléphant était le cerf

Je mangerais le nez d’Homer,

Je dormirais les yeux ouverts,

Je sentirais avec les pieds

Je mangerais un cocotier.

Nicolas et Emma

 

Si

Si Saturne était Jupiter,

Si Uranus était la Terre

Si le salon était la chambre,

Si février était décembre

Si l’on savait avant d’apprendre,

Si l’on pouvait tout comprendre,

Si Débora était un rat

Si le fémur était le bras

Je parlerais la bouche fermée

Je mangerais avec le nez

Deux et trois ne feraient plus cinq

Tout le monde mangerait du sphinx !

Oumayma et Débora