Vous êtes ici : Accueil > Projets > 5- les Auteurs que nous avons reçus > Le livre de l’année 2005
Publié : 10 juin 2005

Le livre de l’année 2005

Prix littéraire BEL AIR année 2005

 Nous, les CM2 de l’école BEL AIR avons choisi le livre :
 « Léon » de Léon Walter Tillage
Edition École des loisirs
 comme livre de l’année 2004-2005
 
Présentation : « LÉON »
 
C’est un très bon roman autobiographique écrit par Léon Walter Tillage.
 
 Léon Walter Tillage raconte sa jeunesse douloureuse. Il est né en 1936 en Caroline du Nord (États-Unis). Il est noir américain et à cette époque, les blancs n’aimaient pas les noirs et leur imposaient des lois restrictives et racistes. Les blancs apprenaient à leurs enfants de ne jamais être poli envers un noir. Ils disaient que les noirs n’avaient pas d’âme et qu’on pouvait les frapper. Les noirs n’avaient pas intérêt à se défendre sinon ça se passait mal pour eux. Le père de Léon est mort à cause d’un jeune blanc qui l’a écrasé en voiture en voulant s’amuser. Les noirs sont considérés comme des chiens. Ils n’ont pas les mêmes toilettes, les mêmes écoles ; ils vont à pieds à l’école.
 Quand Martin Luther King fera ses marches pacifiques pour l’égalité et contre le racisme, Léon se mettra à ses côtés et ils gagnèrent. Quand Léon était petit, il a rêvé et son rêve s’est réalisé.
 
 Ce que j’ai trouvé magique chez Léon Walter Tillage c’est qu’il raconte sa vie avec beaucoup de détachement, et on penserait qu’il n’est jamais triste.
J’invite tout le monde à le lire. Vous ne serez pas déçus ! Rachel
 Ce livre est triste. Léon se fait taper par les blancs qui disent que les personnes noires n’ont même pas d’âme. Les gens étaient très racistes. Malheureusement, dans certains pays, le racisme n’est toujours pas fini. Laurine
 Je pense que ça ne sert à rien d’être raciste : jaunes, noirs ou blancs, on est tous pareils. J’ai bien aimé ce livre car c’est un petit garçon qui écrit son autobiographie et exprime ses sentiments. Vanessa
 Ce roman autobiographique sur « Léon » m’a touché et je ferai de mon mieux pour ne pas être raciste. J’espère que d’autres enfants qui ont lu ce livre ou qui le liront en feront autant. Killian
 Si on n’accepte pas les autres, on n’est pas sûr de s’accepter soi-même. Camilya